Les Neuf Soeurs logo Les Neuf Soeurs logo

LNS - Présentation

Présentation

Projet Les Neuf Sœurs

Dédicace

Ma première pensée va vers notre regretté Frère Philippe A. Autexier, dont
l’importance des travaux consacrées à la musique Maçonnique n’a plus besoin
d’être soulignée, et avec qui j’ai partagé tant de pensées et d’aspirations.
Je tiens aussi à rendre hommage aux travaux pionniers dans le domaine de la
musique maçonnique que nous a laissés notre Frère Roger Cotte.

Introduction :

Créer un groupe de recherches historiques et musicologiques en synergie avec une collection discographique, destiné à découvrir, proposer et promouvoir la musique Maçonnique, voilà notre objectif, notre volonté et notre « besoin ». La recherche sur la franc-maçonnerie a parfois été considérée comme relevant d’un champ disciplinaire spécifique, voire désignée sous le vocable « maçonnologie ». Il semble désormais acquis que cela ne saurait être le cas, que la recherche sur la franc-maçonnerie est bien une recherche scientifique qui doit répondre à tous les critères habituels et qui est à la croisée de plusieurs champs disciplinaires : l’histoire, l’histoire des idées, l’analyse des civilisations et des cultures. Le présent projet s’inscrit dans cette démarche.

Ce projet est l’aboutissement d’une longue réflexion sur l’importance symbolique et historique de la musique en Franc-maçonnerie. Il s’est élaboré d’une manière informelle avec mon Frère Philipe A. Autexier en 1997 quand nous avons pris la décision de fusionner « son » Centre Mozart avec le Centre d’études beethoveniennes de France pour développer des travaux musicologiques en vue d’une pratique musicale centrée sur le XVIIIe et le début du XIXe siècle. Mais Philippe nous quitta juste après le début du projet… Pendant ces longues dernières années, malgré cette perte irréparable, nos recherches se sont poursuivies avec nos modestes moyens mais avec beaucoup de persévérance.

Le choix du nom : Les Neuf Sœurs

Notre choix est d’abord un hommage à la Loge des Neuf Sœurs - G.°.O.°.D.°.F.°. - dont les Feux ont été Allumés en 1776 et qui est en sommeil depuis 1848. C’est la Loge historique française par excellence et elle est citée comme « référence » par l’intégralité du monde Maçonnique. Placée sous le patronage des Muses (les neuf soeurs du Parnasse), la Loge des Neuf Sœurs se voulait vouée à la culture des sciences, des lettres et des arts ; elle a été un des fers de lance des Lumières et des Encyclopédistes, et c'est elle qui, le 7 avril 1778, a procédé à l'initiation de Voltaire, moins de deux mois avant sa mort (le 30 mai). Après le célèbre astronome français, Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande (1732-1807), son Vénérable fut Benjamin Franklin (1706-1790). Les littérateurs Florian, Chamfort, Guichard, Neufchâteau, les peintres Greuze et Joseph Vernet, le sculpteur Houdon, les musiciens Dalayrac et Piccinni, le docteur Guillotin, les frères Montgolfier, parmi tant d’autres furent membres des Neuf Soeurs. Ses origines remontent au philosophe des lumières Claude Adrien Helvetius (1715-1771) comme nous le rappelle le F.°.Louis Amiable 1 :

« (…) La loge des Neuf Soeurs est la fille posthume d'Helvétius. (…) » « (…) Helvetius avait gémi plus d'une fois de voir les Loges négliger les sciences et les arts pour s'occuper exclusivement d'augustes fadaises (…) »

1. AMIABLE, Louis : Une loge maçonnique d'avant 1789 : La loge des Neuf Sœurs de (1897) augmenté d'un appareil critique de Charles Porset (1989), EDIMAF, Paris.


L’état de la recherche :

Quand la mise en place formelle de ce projet m’a été proposée par des FF.°. de la G.°.L.°.D.°.F.°., du G.°.O.°.D.°.F.°. et du G.°.O.°.D.°.B.°. (Belgique), nous nous sommes attelés à établir un nouvel état de la recherche dans le domaine de la musique Maçonnique. Les résultats ont confirmé et accentué les deux enjeux qui nous étaient apparus majeurs depuis les débuts de nos travaux en 1997 : démontrer l’importance historique et artistique fondamentale de la musique Maçonnique, combler les lacunes musicologiques et/ou purement historiques qui entravent les rapports naturels entre musique, musiciens et Ordre Maçonnique.

Des recherches approfondies, mais en nombres restreint, ont déjà été réalisées dans ce domaine. Elles nous apportent des analyses fondamentales et en même temps permettent de mesurer les difficultés qui demeurent. Malgré la ténacité et la volonté de plusieurs de ces chercheurs, le manque de continuité donné à leurs recherches par manque de moyens a toujours fragmenté en plusieurs décennies la suite de leur travaux. Les articles scientifiques, travaux universitaires et thèses de doctorat, que nous avons consultés, traitent surtout, de l’historiographie de la musique Maçonnique au XVIIIe siècle. Nous citons aussi les nombreux articles publiés par la Loge de recherche anglaise « Quatuor Coronati », dont une partie a fait l’objet en France d’une « synthèse » destinée à la vulgarisation de ce sujet dans le livre que nous a laissé Gérard Geffen. Le premier impératif méthodologique du Groupe « Les Neuf Sœurs » sera donc d’inscrire ses travaux dans une véritable pérennité théorique et pratique.

Une grande partie des ouvrages de vulgarisation montrent une tendance lacunaire et réductrice de tout ramener au seul F.°. Mozart. De même pour les opérations marketing fondées sur des dossiers de presse colportés et publiés chaque 50ème anniversaire de sa naissance et de sa mort. Comment accepter le « faire semblant » et considérer qu’il suffit de se remémorer ces dates pour faire vivre ou revivre sa musique ? Effet d’autant plus réducteur qu’à force de répéter presque toujours les mêmes informations depuis un siècle, certaines complètement farfelues, plusieurs personnes sont persuadées que « tout » a été déjà dit et fait dans le domaine de la musique Maçonnique.

Documents, faits et analyses à l’appui, il nous paraît clair que d’importants travaux restent encore à développer pour ce qui concerne les XIXe et XXe siècles et nous pouvons affirmer que, d’après nos dernières recherches, il existe de belles perspectives de développement et d’exploitation artistique de cette période.



Notre travail s’étend donc, grosso modo, de la naissance de la Franc-maçonnerie spéculative institutionnelle (ca. 1717) jusqu’à nos jours. Nous travaillons sur un inventaire qui regroupe environ 300 compositeurs Francs-maçons, sans compter ceux qui sont traditionnellement considérés, sans aucune preuve tangible, comme ayant appartenu à l’Ordre Maçonnique, et pour qui nous allons développer de larges recherches afin d’éclaircir au maximum ces ambiguïtés. Il faut aussi ajouter à cette liste les autres FF.°. et SS.°. impliqués dans la vie musicale, qu’ils soient interprètes, théoriciens, éditeurs de musique, agents et managers artistiques, etc… Notre inventaire général englobe aujourd’hui plus de 500 FF.°. et SS.°. et il est en augmentation et/ou correction constante. On y retrouve les FF.°. Mozart, Liszt et Sibelius mais aussi Jean-Baptiste Clément, Gaston Mardochée Brunswick (née Montehus), René-Louis Laffourgue et puis John Stafford Smith, Irving Berlin, Edward Kennedy "Duke" Ellington parmi tant d’autres FF.°. et SS.°. qui nous l’espérons, seront de plus en plus présents, étudiés et respectés par tous.

Même si une partie importante de musiciens Francs-maçons du XVIIIe et XIXe siècle ont déjà été identifiés et plus au moins répertoriés, leurs œuvres Maçonnes ainsi que pour plusieurs d’entre eux leurs œuvres « profanes » restent méconnues et sombrent, pour l’écrasante majorité, dans un profond sommeil voire dans l’oubli. Rappelons-nous que constituer un inventaire et procéder à des archivages est la première étape sérieuse de n’importe quelle recherche historique. C’est seulement après avoir trouvé et rassemblé ce matériel que les véritables recherches commencent. Rappelons-nous l’adage universitaire « d’abord on trouve, après on cherche ». Par conséquent, la nécessité primordiale pour notre groupe sera de constituer un fond documentaire destiné à être répertorié, analysé et édité afin que nous puissions enregistrer le maximum d’œuvres musicales dont le contenu présente un intérêt aussi bien historique qu’artistique.

Les principaux pays concernés par nos recherches sont : la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Belgique et les USA. Le rôle de la France dans l’historiographie de la musique Maçonnique est profondément marqué par les Sociétés de Concerts (ancêtres de nos associations musicales) quasi ou entièrement paramaçonniques des XVIIIe et XIXe siècles. Ces « sociétés » ont naturellement offert un terrain fertile pour les créations musicales des FF.°. à l'échelle européenne. L’usage prédominant de la langue française par plusieurs chansonniers Maçonniques, publiés aussi dans toute l’Europe, a également contribué à l’essor de la Franc-maçonnerie française. Toutefois, des pays comme la Finlande, la Russie, la Pologne, le Brésil, entre autres, font également l’objet de recherches fondamentales en la matière.

Notre tâche est certes ambitieuse mais notre approche reste humble. Face à ce travail titanesque, qui englobe presque trois siècles d’histoire, qui plus est, très controversée, avec seulement de longues et denses années de recherches et des moyens appropriés, il sera possible d’assembler et d’analyser les documents existants – d’éditer et d’enregistrer les partitions éparpillés sur la planète et/ou oubliés dans les archives des Loges, des Obédiences et des bibliothèques. Soulignons qu’une partie de certains fonds historiques de musique Maçonnique ne sont pas encore « cotés/classés ». Notre mission première sera donc de laisser à ceux qui prendront la relève un acquis pérenne, afin qu’ils puissent continuer à rendre justice à cet Art Libéral qui, avec le temps et pour diverses raisons, est descendu du rang d’Outil à celui de simple « accessoire » symbolique.

Le Travail du groupe de recherches « Les Neuf Sœurs » sera donc, du point de vue Maçonnique, plutôt archéologique. Nos Outils seront fondamentalement académiques et scientifiques. Cependant, une fois les Pierres redécouvertes, les Ouvriers de notre Ordre auront à leur disposition des Outils supplémentaires pour la Taille de leur Pierre. En particulier, un de nos espoirs serait que notre travail encourage la pratique symbolico-artisanale de la production musicale maçonnique au cœur de la vie des Loges et que le monde profane puisse aborder nos idéaux par un travail d’extériorisation libre de toute directive.

Maximianno Cobra

 

© Copyright 1998 - 2017 Les Neuf Soeurs - Tous droits reservés - All Rights Reserved.

Envoyez-nous un email

Nom
Champ requis
E-mail
Champ requis
Objet
Champ requis

Left: 1000

Champ requis
ÊTES-VOUS HUMAIN?